Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 20:28

Tout est en place, le Président, l'Assemblée, le Gouvernement, même s'il manque encore un président à la seconde et une version 2 au troisième.
La pièce va bientot se jouer, imaginons Brecht plutot que Courteline, bien que quelques épisodes eussent pu faire les belles heures d'"au théatre ce soir".`

 Je profite de ces quelques heures ou le temps est suspendu, pour revenir de manière experimentale et non scientifique sur le vote en faveur du Front national. Fallait-il, à droite,  proner le "ni oui-ni non" ou le Front républicain"? là ne me semble pas etre la vraie  question, ou tout du moins toute la question.

Sans vouloir froisser quiconque, ni rallier des propos démogogiques, il convient avant de cacher ce front que l'on ne saurait voir, ou de crier à l'assassin, de s'interroger sur les raisons qui conduisent des électeurs, non confrontés aux affres de lieux que l'on appelle "les cités" ou "les quartiers" (l'histoire des mots est souvent un bon stimulant pour des questions pertinentes... à defaut de réponse), à apporter leur suffrage à des candidats qui se rallient au panache "bleu marine" et dont l'implantation locale est, au demeurant,  assez faible.Quelques mots d'explication d'un ancien conseiller municipal de base, ayant vécu cette fonction aussi modeste que pleine d'enrichissements, pendant vingt ans. Une commune, où la population est presque exclusivement "blanche", de souche catholique, ou, au contraire, plutot "bouffeuse de curés", ou une promenade le soir sous la lune expose à assez peu de risques, bref une commune de français dits moyens, ou la surface pavillonaire tend à l'emporter largement sur celle reservée aux fermes, et ou comme dit la chanson, le maire était socialiste, l'adjoint avait des sympathies pour l'extreme droite, et l'autre penchait pour la droite plus traditionnelle. Bref une population assez banale, bien qu'assez exotique pour certains bobos parsiens. En fait un autre monde qui ignore assez les moeurs des élites politico-intellectualo-journalistico parisiennes, independamment de ce qu'il en voit à la television ou en lit (ou plutot regarde) dans Gala, mais un monde tout aussi ignoré de ces élites qui representent à leurs propres yeux la quintessence de la "démocratie", une démocratie sans le Peuple, cela va de soi. On sait dans ce monde, celui des élites,  que ce peuple ne comprend rien et que la démocratie, c'est en fait faire le bonheur du Peuple malgrè lui grace à la frange éclairée et quelque peu oligarchique... Mais j'arrete: l'invective de populiste est deja au bord des lèvres de mes deux ou trois lecteurs. 

En fait pour redevenir sérieux, cette population que l'on appellle "rurbaine", ni des champs, ni des villes, se sent déclassée. Elle ne se sent entendue ou defendue, ni par une droite qui, à ses yeux, et la gauche le lui dit tous les jours, défend les obscures puissances d'argent, ni par une gauche, qui à ses yeux, et la droite le lui dit tous les jours, defend et aide les étrangers profiteurs et les français qui ne veulent pas travailler. Ils ne sont pas étrangers, ils n'ont pas des problèmes de riches, il travaillent ou cherchent à travailler, ils sont assez indifférents, voire légèrement hostiles aux problèmes des minorités, de la parité, de l'écologie politique, du mariage homosexuel, plutot catholiques, ils ne vont pas à la messe, sauf pour les communions, les mariages ou les enterrements, assez deconnectés de la part liturgique et symbolique de la cérémonie, ils sont plutot nationaux, mais ne vont guère aux ceremonies du 14 juillet (sauf pour le bal) ou du 11 novembre (sauf pour l'apéritif en mairie). Bref personne ne les représentent. Les idées "marinisée" du Front national leur semblent finalement pas si dangereuses que cela, et "eux au moins, il disent ce que l'on pense tout bas" et ce que le politiquement correct a interdit, et puis c'est la seule manière qu'ils ont de protester contre la gauche et la droite qui ne les representent pas. Le Front de gauche... Melenchon, il les amuse, mais ils sont un peu "possedants", leur maison, leur voiture et les rouges, les partageux cela fait toujours un peu peur à ceux dont les origines paysannes ne sont pas loin.

Si la droite traditionnelle s'allie au Front national, elle court au suicide, si elle se "bouche le nez" et adopte la logique du Front républicain" elle se condamne à l'impuissance et fait le jeu de son adversiare socialiste, devenu tout à la fois son directeur de conscience et son juge de paix..

La vraie question est de comprendre les problèmes que rencontrent ces populations, ce sont de vrais gens, comprendre leur psychologie, savoir leur parler,, mener une politique qui permette la création de richesse (ou pour le moins ne constitue pas un handicap à cette création) et reserve l'aide sociale a ceux qui en ont vraiment besoin, qui lutte contre la fraude des nantis, et celle des petits profiteurs..., les incivilités (le politiquement correct n'est pas loin) des "gosses de riche" et celles des "voyous des cités" on pourrait ainsi continuer la litanie. La leçon s'adresse à la gauche comme à la droite, sont-ils capables de le comprendre, sont-ils capables de le vouloir?

Partager cet article

Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 20:59

F. Hollande s'est engagé à "ne pas avoir autour de lui des personnes jugées et condamnées". Il faut toujours se méfier de tels engagements et de telles déclarations qui se veulent vertueuses mais dont la candeur ne resiste pas toujours à la réalité. 

Fallait-il ne pas nommer Jean Marc Ayrault condamné en 1997 pour favoritisme, premier ministre? probablement pas

Fallait-il obtenir la démission d'Arnaud Montebourg condamné pour injures? probablement pas

Falait-il ne pas nommer C. Taubira, condamnée pour licenciement abusif? probablement pas

 

Fallait-il demander la démission de B. Hortefeux?... 


faut-il surtout exiger, par principe,  le demission d'un ministre mis en cause dans une affaire judiciaire,? surement pas car cela serait créer un nouveau systéme de responsabilité et violer la séparation des pouvoirs.

 

S'il faut reflechir à deux fois avantd  eprendre des engagements qui peuvent avoir un effet boomerang, il faut aussi reflechir à deux fois avant de banaliser le statut pénal des ministres, voir celui du Chef de l'Etat.

ici encore la candeur peut avoir des consequences redoutables.

 

Sur un autre sujet c'est aussi d'une redoutable candeur qu'il s'agit lorsque l'on considere que la delinquance de certains mineurs doit être traitée comme s'il s'agissait d'nfants...Face à certaines délinquance, la réponse doit être rapide, ferme et proportionnée, en tous cas dans le cadre de la justice des enfants, la sanction n'est pas rapide et intervient parfois à contretemps s'appliquant à des délinquants endurcis et devenus majeurs. 

Est-on sur que l'on rend service ainsi, non seulement à la société, mais aussi aux jeunes gens concernés? On ne peut a la fois leur reconnaitre plus d'autonomie et d libertes et moins de responsabilité. 

 

Enfin faut-il qu'une nouvelle majorité "détricote" presque systemtiquement ce que l'ancienne a fait? quels repères pour la sociétés et les individus? quelle sécurité juridique? Il est légitime qu'une nouvelle majorité donne de nouvelles inflexions, corrige, reoriente, mais le slogan "du passe faisons table rase" a un peu vielli.

 


Partager cet article

Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 18:54

Apres la douce euphorie de la communion républicaine, la formation du gouvernement donne les premières orientations du gouvernement.

D'abord ni le président, ni le premier ministre, ni la plupart des membres du gouvernement n'ont d'experience gouvernementale, esperons que le principe de réalité temperera l'enthousiasme des néophytes.

D'autre part, ce gouvernement ne tient pas les promesses de rationalisation du candidat élu: un gouvernement à l'allemande de 15 membres assistes de secrétaire d'Etat. Dommage!

Par ailleurs, avant tout l'image: une stricte parité, la diversité... si on peut se rejouir du fait que des jeunes  français d'origine étrangère, diplomés,  accedent aux plus hautes fonctions, bel exemple d'intégration, un mauvais esprit pourrait voir le communautarisme pointer son nez. Encore une fois, mais le precedent hote de l'Elysée ne fut pas de toujours de ce point de vue exemplaire, la nomination, par exemple du Garde des sceaux, traduit semble t-il plus la marque d'un symbole que d'une compétence. Quoique l'on pyisse penser d'eux, ont été  ecartés, au nom de la diversité et dee la parité des spécialistes de questions de justice.

Enfin les intitulés de certains protefeuilles sonnent comme un slogan plus qu'ils ne renvoient à des fonctions de l'Etat:

"les" outre-mer rompent-ils avec l'unité national, que penser de l'égalité des territoires, la Nation se dissouderait-elle dans ces catégories? Le redressement productif: un voeu ou une administration?

Tout cela laisse craindre que face à des difficultés économiques difficilement surmontables, le gouvernement soit celui des slogans, du verbe, de l'incantation... 

 

 

D'un autre point de vue, deux reformes envisagées inquiétantes, celle concernant le Conseil constitutionnel et celle concernant le Conseil supérieur de la magistrature. S'agissant de la seconde, le retour à une majorité de magistrats, c'est l'afficihage du corporatisme. Renforcer l'indépendance  de la justice ne peut se faire dans ces conditions, Indépendance implique responsabilité et refus d'une gestion endogène. (par parenthèse, le vent léger de controle exogene qui a soufflé sur l'Université nous invite à dépasser nos propres corporatismes). S'agissant de ces deux institutions, la nomination des membres ou de partie d'entre eux par la Parlement constituerait une réelle regression du fait d'une politisation accrue, il suffit de se referer à l'exemple espagnole. Au nom de quoi le fait d'être choisi en fonction de sa carte politique serait un gage d'indépendance? au nom de quoi la dépendance vis à vis des partis et du parlement constitut-elle uen avancée.

Je fais en tout cas de ce point de vue, le souhait que la gauche ne dispose pas d'une majorité lui permettant de réviser la Constitution. Une réforme importante a été conduite en 2008, laissons la porter ses fruits, attendons pour distinguer les épines. Chaque majorité ne doit pas adapter la Constitution à ses vues. Je renvoie au débat du prochain numéro  de la revue "Constitutions" sur la question de l'introduction dans la Constitution de nouveaux principes comme la diversité ou la supprerssion de la référence à la race. Je ne développerai pas non plus la réforme du statut pénal du Chef de l'Etat, à un moindre mal succederait le mal d'un president entre les mains des juges. La séparation des pouvoirs n'est pas univoque...

Partager cet article

Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:54

Hier matin, la prise de fonction de François Hollande. 

Les fastes du protocole républicain, sans ostentation, une cérémonie sollennelle et simple.

Le nouveau président donne l'impression de prendre son temps, il prend soin de s'adresser à chacune des personnes présentes, comme s'il accordait à chaque rencontre une certaine importance 

Le président semble à la fois calme et décidé. 

Il reprend ses axes de campagne, la justice et la jeunesse. La question est de savoir comment seront déclinés ces termes. 

Deux personnages occupent dans le système une place apparamment importante qui se manifeste par une présence forte. Valls et V. Trierweiler, le premier semble etre le grand organisateur, la seconde manifeste une presence forte, chaleureuse, avec une classe réelle. Le poids de l'entourage est un élèment d'autant plus incertain que le president est secret. 

Dehors l'UMP a rameuté ses troupes pour acclamer l'ancien president. Il faut encore saluer la manière dont il a quitté le pouvoir et ces saluts permettent un départ digne.

Tous les signes d'une démocratie apaisée, deux camps, des adversaires, mais non des ennemis.

Un état de grace, une parenthèse, le quinquennat commence. Rien ne sera facile. Le risque de la rigidité idéologique, probablement le pragmatisme, mais le risque de détricoter le tissu social en déstabilisant la famille, des principes comme le respect de la vie, tout en essayant de retricoter de manière incertaine une certaine cohésion sociale par la promotion d'une société multuculturelle ou tout se vaut.

Il faudrait trouver le moyen de sauvegarder la justice sociale tout en préservant l'efficicité économique. Idée simple on ne peut partager que la richesse créée. Si les impots augmentent pour les plus aisés, ce ne sera juste que si toutes les fraudes sont combattues et si ceux qui sont assistes sont ceux qui ne peuvent pas travailler et non ceux qui ne veulent pas travailler. 

Tout commence. On connait les forces et les faiblesses de la France d'aujourd'hui, dans quel état François Hollande la laissera t-elle dans 5 ans ? Les corporatismes des classes moyennes protégées (enseignants, syndicats de salariés... ) se fait deja entendre, mais ce sont les plus faibles qui ne manifestent pas qu'il faut proteger.  N'injuerions pas l'avenir. 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 08:44
J'ouvre ce blog qui se voudrait une chronique du nouveau quinquennat.
Je ne sais si je tiendrai la distance... le temps... le temps
Commencons par un bilan d'une grande banalité
Deux camapagnes électorales paradoxales, à la fois réussies et qui ont survolé les grands débats.
Nicolas Sarkozy, a obtenu un résultat tres honorable dans un contexte tres difficile, personnel d'abord car peu de présidents auront subi une telle hargne médiatique... que de maladresses, il est
vrai, le mauvais depart le soir de l'élection et les jours qui precedent la prise de fonction, la difficulté à entrer dans les habits présidentiels, la crise. Pourtant ce quinquennat a été marqué
par de vraies réussites, la reforme de la Constitution, sous estimée, la réforme des retraites, de l'université, la gestion de la crise économique et de la politique européenne... l'heure du
bilan viendra plus tard, mais probablment ce bilan sera t-il réévalué à sa juste mesure ...plus tard.
Une remontée exemplaire,une campagne soulevant l'enthousiasme (n'en déplaise à Axel Kanhn, comparant, de manière scandaleuse, le dernier grand meeting de  Nicoilas Sarkozy aux
grandes manifestations de Nuremberg) un score honorable. Un discours de soirée electorale d'une grande dignité.
Une campagne difficile, un referendum anti-Sarkozy, mais derriere un vrai débat sur les valeurs, celui qu'il faut avoir, mais peut être dans un autre contexte: le communautarisme contre l'unité
nationale, le multiculturamlisme contre l'intégration, le travail contre l'assistance, les racines chrétiennes (dont la reconnaissance ne met aucunement en cause le principe de laîcité) contre
une France qui n'est dessinée que par son présent est son avenir...
La primauté absolue de l'individu et de ses droits contre les devoirs envers la communauté nationale, la preservation du mariage-institution contre le maraige-droit, la protection de la vie
contre la libre disposition de sa vie, voire de la vie d'autrui...Mais aussi la fermeté au niveau international envers le danger du terrorisme et du fondamnetalisme islamiste, contre une
politique plus fexible envers l'Iran et le départ précipité d'Aphganistan. Si la mort de soldats, aussi dramatique soit-elle, commande notre politique étrangère, faisons l'économie de notre
arsenal militaire!
La présentantion est carricaturale, mais on pourrait multiplier la liste à l'envie...Gageons que c'est sur ce terrain que les choses bougeront le plus. C'est un choix de valeurs, un choix
idéologique au sens noble du terme. Le choix a été fait, il appartient cependant à chacun d'etre conscient dse son importance et de sa portée.
Quant au résultat des élections, d'abord constater l'importance de l'élection présidentielle, l'adhésion du Peuple à ce vrai moment de démocratie, quoiqu'en pensent nombre de constitutionnalistes
et certains hommes politiques. Mais ce sont  aussi les chiffres importants du vote de ceux qui refusent le système, que ce soient les électeurs de Melenchon ou de le Pen, qui de ce point de
vue traduisent d'une manière différente, les mêmes risques d'une "sortie de route", même si l'extreme gauche bénéficie d'une coupable et surprenante indulgence . Le Front national redevient
l'épine dans le talon de la droite. les resultats des élections législatives en seront probablement la triste illustration. Mais à force de ne pas vouloir voir les problèmes en face, le choc
culturel et social que provoque une immigration massive, les ruptures engendrées par un monde qui change tres vite et laisse beaucoup nombre d enos concitoyens sur le bord du chemin, à force
d'avoir un discours convenu sur les droits de l'homme souvent incantatoire, la réalité refait surface, la rivière déborde de son lit, seuls ceux qui croient à la rédemption par le mal peuvent
s'en rejouir. Entre  la spirale infernale dans laquelle nous entrainent les extremismes, et le déclin au fil de l'eau rendu, inéductable par un discours politiquement correct aveuglant,
il convient de trouver une solution intermédiaire.
François Hollande, reste une enigme, meme si la qualité de sa campagne et la réussite manifeste de sa rencontre avec le peuple en ce soir d'élection plaident en sa faveur. On ne peut que
souhaiter la réussite de son mandat. Si, sur les valeurs, c'est probablement de la victoire d'un camp sur un autre dont il s'agit. en matière économique, et concernant la place de la France dans
l'Europe et dans le monde, rien n'est joué et  on peut esperer que la sagesse, le pragmatisme et la compétence, une fois satisfaites quelques promesses de campagne, dont on peut esperer
qu'elles auront une incidence budgétaire limitée, l'emporteront. ce n'est pas seulement  de la credibilité d ela gauche dont il s'agit, mais de l'avenbir de notre pays.


Apres ces propos tres généraux et peu originaux, je voudrais en venir à ce qui pourrait être l'un des thèmes essentiels de ce blog, à savoir les questions institutionnelles.
Alors que certains plaident pour un renouveau de la séparation des pouvoirs, depassant le cadre institutionnel traditionnel et incluant la presse, la magistrature, les "corps intermédiaires"...,
la situation qui se dessinne est celle de l'absence presque totale de contre pouvoirs.
Sur le plan institutionnel: President de la République, Gouvernement, Sénat, et probablement Assemblée nationale seront aux mains d'une majorité monocolore, ce qui n'est pas totalement inédit,
même si un excès de majorité peut être dangereusement nuisible, comme le montre l'exemple hongrois. Mais par ailleurs, on cherchera en vain, ailleurs de réels contre pouvoirs:. des
synsdicats, naturellement à gauche, une magistrature dans sa grande majorité favorable au nouveau pouvoir, comme de le démontre la surprenante prise de positions des synsidcats de magistrats, y
compris ceux réputés modéres dans la campagne électorale, que les maladresses de Nicolas Sarkozy à leur égard ne suffit pas à justifier, des collectivités territoriales toutes tenues par la
gauche, tout du moins pour les plus importantes d'entre elles, une presse tres largement favorable au président élu (à de très rares exceptions près comme, le Figaro qui a pris parti clairement
dans la campagne), un audiovisuel globablement sympathisant (il a suffi d'entendre france inter tous les matins pour le constater) de nouveaux médias, comme médiapart, qui ont mené une camapgne
parfois indigne...
Finalement le seul contrepouvoir qui reste est celui des puissances financières, il n'ira que la ou ses interets le ménront, faut-il s'en réjouir? C'est probablement là l'une des clés et des
enjeux du prochain quinquennat.... à suivre

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 08:42

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'OverBlog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Partager cet article

Repost0